Présentation du projet HumaRom

Le projet « Humanités romantiques » (HumaRom) est un projet Idex de la communauté d’universités Sorbonne Paris Cité. Il est porté par Paule Petitier (université Paris Diderot – Paris 7), Denis Pernot (université Paris 13) et Paolo Tortonese (université Sorbonne Nouvelle – Paris 3). Ce projet Idex, accordé pour trois ans, doit se poursuivre jusqu’en 2018. Notre XXIe siècle est devenu sensible à la nécessité de reconstruire des humanités, c’est-à-dire un domaine commun de réflexion pour contrer l’éclatement déshumanisant des spécialités. Le projet « Humanités romantiques » est né de la conviction que l’histoire des humanités, de leurs différentes configurations à travers l’histoire, est indispensable à la juste appréhension de ce que seront les humanités d’aujourd’hui. Il est désormais acquis que le romantisme ne désigne pas seulement un courant littéraire et artistique, fût-ce à l’échelle de l’Europe, mais correspond à un mouvement de fond qui transforme les cultures et les représentations, et dont les répercussions se sont propagées aussi bien en Russie qu’en Amérique anglo-saxonne ou latine. « Humanités romantiques » prend acte des transformations qui obligent à repenser l’objet « XIXe siècle » dans une histoire plus ample qu’auparavant et déplacent aussi bien les champs que les questionnements des chercheurs. La mise en lumière du rôle capital de la presse au XIXe siècle, les efforts pour sortir de problématiques strictement nationales et s’ouvrir à l’histoire globale, la remise en cause des frontières du siècle en amont comme en aval, ont transformé les objets d’étude, leurs découpages et leurs problématiques. Le fait même qu’il ne soit plus, depuis l’an 2000, le siècle immédiatement antérieur au temps présent, augmente considérablement le recul historique et oblige à une nouvelle mise en perspective du XIXe siècle. C’est ce nouvel objet historique et scientifique, intimement corrélé aux interrogations du présent, que le projet HumaRom s’attache à mettre en lumière et dont il veut dégager les lignes de force, en s’appuyant sur l’interdisciplinarité et sur les technologies numériques. Au moment où nous nous interrogeons nous-mêmes sur la place des humanités dans la formation universitaire et dans la société, les humanités romantiques offrent une mise en perspective et un point de comparaison. Inversement, les humanités actuelles fournissent des instruments susceptibles de jeter un éclairage novateur sur des objets de recherche étendus, permettant le travail collaboratif (applications web) et des mises en réseau complexes (bases de données relationnelles).

« Humanités romantiques » fédère des chercheurs de trois établissements de SPC (Paris 3, Paris Diderot et Paris 13) et entend favoriser des synergies entre équipes de recherches centrées sur des disciplines différentes. Le lien avec les formations de master et de doctorat est assuré par un projet de plate-forme collaborative d’édition critique mutualisée entre les établissements. Le projet HumaRom s’appuie sur la création d’un centre de ressources Jacques-Seebacher inter-établissements (qui comprend la bibliothèque existante et un portail de ressources numériques consacrées au XIXe siècle).