Axe 2 – Épistémologie des humanités romantiques (Paule Petitier, Stéphanie Smadja, Paris Diderot)

Le XIXe siècle connaît une double mutation du point de vue de l’histoire des sciences : d’une part, l’émergence des futures sciences humaines se fonde sur des transformations et réinventions épistémologiques majeures ; d’autre part, l’institutionnalisation des disciplines aboutit à la séparation des langues. Ainsi, la recherche scientifique s’est-elle peu à peu détachée de l’expression commune en se fondant sur le langage mathématique, sur un lexique spécifique et sur un type de communication réservé aux spécialistes.

Prenant en compte les textes des savants qui ont marqué le XIXe siècle (de Humboldt à Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, de Claude Bernard à Darwin), les essais qui ont fondé les sciences humaines (Tocqueville, Michelet, Stuart Mill), les différents types de vulgarisation (politique, poétique, pédagogique, philosophique, humanitaire), les discours scientifiques auto-institués, l’enquête portera sur le rôle de la prose et sur les usages en prose dans la transmission des savoirs : prose des savoirs et style de la science à l’ère des humanités romantiques.

▪  « La science en langue commune » (Paule Petitier)

▪  « Le style de la science » (Stéphanie Smadja)