La réception universitaire de Victor Hugo en France

Appel à communications

(Propositions à envoyer avant le 21 avril 2019)

Cette journée d’études, organisée le mardi 25 juin 2019 à l’université Paris-Diderot, entre dans le cadre du projet « HumaRom » – pour « Humanités romantiques », un programme de recherche qui vise à repenser le XIXe siècle de façon interdisciplinaire, à étudier le champ large et partagé des « humanités » tel qu’il existe à l’époque romantique, afin de préparer la réouverture d’un champ commun des « humanités » aujourd’hui. Elle s’inscrit plus précisément dans l’axe 1 du projet, « Humanités romantiques et champ disciplinaire », qui nourrit l’ambition d’une histoire des études dix-neuviémistes. Un colloque organisé en 2016 a ainsi porté sur l’« Histoire des études universitaires dix-neuviémistes » et une journée d’études sur la réception universitaire de George Sand a eu lieu en 2018.

Quelle a été la réception de Hugo à l’université ? Pour apprécier l’ampleur de la question, il faut mesurer la complexité de cet objet, l’université ou la vie universitaire. Trois niveaux de réalité s’y laissent discerner. Car l’université :

‒ ce sont des acteurs, des personnes, avec des statuts différents (des étudiants, des enseignants-chercheurs de divers grades), des arrière-plans, des horizons et des parcours variés ;

‒ c’est un monde d’activités, de pratiques (l’enseignement et la recherche, deux activités remplissant dans des proportions différentes les fonctions de production et de propagation du savoir) mais aussi de relations entre acteurs, activités et relations régies par une organisation, des normes, et où se marient trois ordres de préoccupations, la science (où règne par exemple une division en disciplines), les études et la profession (on a affaire à un milieu professionnel, à des carrières) ;

‒ ce sont enfin (et peut-être surtout, au regard de notre sujet) des discours, engendrés par et pour ces acteurs et ces pratiques.

À chacun de ces niveaux, des questions peuvent se poser :

‒ Place de Hugo dans les discours universitaires, qui peuvent être le discours savant du chercheur (thèse de doctorat / publications de l’universitaire chevronné, livre / article de recherche, toutes les nuances de la somme d’érudition jusqu’à l’essai… ; l’histoire de la recherche et celle de la critique sont deux histoires qui ne se recoupent pas parfaitement, d’où la question de leurs rapports), le discours savant et pédagogique de l’enseignant (cours, manuels universitaires) ou le discours exercitatif de l’étudiant (dissertations, mémoires de recherche,…). Les universitaires écrivent-ils sur Hugo, enseignent-ils Hugo, les étudiants travaillent-ils sur Hugo ? Et en glissant des discours aux travaux universitaires, on fait entrer dans le viseur, à côté des études sur Hugo et son œuvre, les chantiers de la philologie, l’édition savante des œuvres de Hugo.

‒ Hugo dans ce monde organisé d’activités et de relations qu’est l’université : comment sa réception s’inscrit-elle dans la division disciplinaire ? (est-elle la propriété exclusive des lettres, ou l’histoire et la philosophie, par exemple, en ont-elles leur part ?) Fait-on carrière comme spécialiste de Hugo ? Quel rôle jouent les institutions collectives, qu’elles soient centrales (le Groupe Hugo) ou périphériques (la Société des Amis de Victor Hugo) par rapport à la vie universitaire ? Que nous apprend la création d’une « chaire Hugo » en Sorbonne, au milieu des années 1920, sur le statut de Hugo dans le monde universitaire ?

‒ Le rapport des acteurs à Hugo : comment viennent-ils à Hugo, vivent-ils avec lui, par exemple selon leur horizon idéologique, politique, religieux ? selon leur horizon intellectuel et méthodologique ? Car il y eut, jadis, un Hugo des disciples de Lanson (Paul Berret, Joseph Vianey…), puis un Hugo de l’école de Genève (Albert Béguin, Marcel Raymond…), puis, après la Seconde Guerre mondiale, un Hugo des universitaires communistes (Pierre Albouy, Anne Ubersfeld, Jacques Seebacher…), etc.

Toutes ces questions portent avec elles leurs problèmes de sources : dispose-t-on d’archives suffisamment riches et complètes pour avoir une vision exacte de la place de Hugo dans l’enseignement universitaire du passé ? Comment reconstituer le rapport des acteurs à Hugo quand il n’a pas laissé d’indices clairs ou de traces durables ? Une partie de la réception est irrémédiablement immergée dans l’ombre.

À cette grille de questions, une autre doit être combinée, qui émane désormais de l’objet Hugo (si l’on peut ainsi parler) :

‒ L’évaluation de la place de Hugo peut être quantitative (Hugo est-il très présent dans la vie universitaire, comparativement aux autres écrivains ? Lui donne-t-on l’importance que laisse attendre sa stature nationale et patrimoniale ? Ou bien y a-t-il des oublis, des refus, des occultations, des contournements de Hugo ?) et qualitative (Que dit-on de lui ? À quelle axiologie a-t-il droit ? Hugophobie, hugophilie, hugolâtrie ?)

‒ L’objet Hugo est un objet à mille facettes : lesquelles retiennent l’attention, et qu’en dit-on ?

  • Sa vie (biographies,…) / son œuvre ?
  • Sa place dans l’histoire littéraire ? Comment le situe-t-on par rapport à d’autres écrivains ? La critique universitaire, selon les périodes, s’intéresse-t-elle plutôt par exemple au couple Hugo / Lamartine, ou met-elle en scène une rivalité Hugo / Baudelaire… ?
  • Comment périodise-t-on son œuvre, et s’intéresse-t-on à certaines périodes plutôt qu’à d’autres (avant l’exil / pendant et après l’exil) ?
  • Privilégie-t-on chez lui certains genres littéraires, majore-t-on en lui le poète, le dramaturge, le romancier, l’orateur, l’essayiste, le pamphlétaire ?
  • S’attache-t-on plutôt aux aspects idéologiques / politiques / philosophiques / religieux de son œuvre, ou plutôt à des aspects esthétiques et formels (sa poétique, sa versification, son style) ?

Reste à plonger tout cela dans le mouvement de l’histoire.

Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront porter sur l’une, l’autre ou plusieurs des problématiques évoquées ci-dessus ; elles pourront porter sur n’importe quelle période de la réception universitaire de Hugo (ou proposer des survols transhistoriques) ; elles se focaliseront sur la réception française, mais pourront envisager également les marges de la francophonie et n’excluront pas nécessairement les comparaisons fertiles avec la situation de Hugo dans les universités étrangères.

Merci d’adresser vos propositions (environ 300 mots) à Guillaume Peynet (guillaumepeynet@free.fr) et à Jordi Brahamcha-Marin (jordi.brahamcha-marin@univ-rennes2.fr, avant le 21 avril 2019. Une réponse définitive vous parviendra avant la fin du mois d’avril.

Organisateurs : Guillaume Peynet (Le Mans Université), Jordi Brahamcha-Marin (université Rennes 2).

Stages au centre Jacques-Seebacher (2016-2017)

De mai à l’été 2017, le centre Jacques-Seebacher a eu le plaisir d’accueillir deux étudiants du Master 1 « Archivistique, bibliothéconomie et patrimoine numériques » de l’université Paris XIII, sous convention avec cette même université.

Vincent Creff, qui a effectué son stage de mai à juin 2017 sous la direction de Timothée Bonnet, responsable du service des archives de l’université Paris XIII, a classé et inventorié le fonds Charles Du Bos qui avait été déposé au centre Jacques-Seebacher. L’instrument de recherche créé par Vincent Creff est disponible à la consultation sur la bibliothèque numérique du centre Seebacher, en cliquant ici.

Aminatou Sow a effectué son stage du 1er mai au 13 juillet 2017 sous la direction de Denis Pernot, professeur de littérature française à l’université Paris XIII et membre du laboratoire Pléiade qui a financé ce stage. Encadrée par les personnels de la bibliothèque Seebacher – Charlotte Berkery et Cécile Brémon – Aminatou Sow a inventorié une partie du fonds de la bibliothèque Jacques-Seebacher, enregistré le prêt et le retour des documents et numérisé deux carnets d’adresses de Charles Du Bos : le carnet 1 (accompagné d’un index des noms, disponible à l’onglet « Texte suivant ») et le carnet 3. Le carnet 2 pourra faire l’objet d’une numérisation ultérieure.

Dans le cadre d’un autre projet Idex USPC (Plateforme pédagogique innovante), le centre Seebacher avait accueilli, du 7 mars à 10 juin 2016, Chloé Menut, étudiante du Master 2 « Patrimoine écrit et édition numérique » du Centre d’études supérieures de la Renaissance (Univ. François-Rabelais de Tours), qui avait effectué son stage sous la direction conjointe de Paule Petitier, responsable du centre Seebacher et professeur de littérature française à l’université Paris Diderot et de Thomas Lebarbé, professeur en Humanités numériques à l’université Grenoble-Alpes.

Pendant son stage, Chloé Menut avait adapté une plateforme collaborative de transcription, développée par Anne Vikhrova, à des fins d’édition critique. La plateforme obtenue (Plateforme PLANETE) est utilisée par des étudiants dans le cadre de cours de licence, de séminaires de master et de projets de doctorants depuis septembre 2016. Deux des éditions produites sur cette plateforme sont disponibles au format ePub sur la bibliothèque numérique du centre Seebacher ici et . Les prochaines éditions seront publiées sur cette même bibliothèque numérique.

Le centre Jacques-Seebacher tient à renouveler ses remerciements à Vincent Creff, Chloé Menut et Aminatou Sow qui ont tous trois réalisé un travail remarquable et profondément utile aux chercheurs et aux étudiants. Le Centre tient également à renouveler ses remerciements à l’université Paris XIII et à l’université Grenoble-Alpes, partenaires de ces stages.

[GIRB] Journée d’études « Vivre (avec) le personnage »

 VIVRE (AVEC) LE PERSONNAGE

Journée d’études du Groupe international d’études balzaciennes

Vendredi 17 juin 2016

Affiche de la journée "Vivre (avec) le personnage
Affiche de la journée “Vivre (avec) le personnage”

Télécharger le programme

 

9h45 – Ouverture du colloque (José-Luis Diaz et Jacques-David Ebguy)

 

Séance 1 – Invention : « donner la vie » (présidée par Nathalie Preiss)

10h15 Isabelle Daunais (Université Mc Gill) : « “Sentir” le personnage ou bien le “rendre” : Balzac face à l’équation d’Henry James »
10h40 Ada Smaniotto (Université Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense) : « Personnage, vos papiers ! Titres-état civil et effet-personnage dans La Comédie humaine »
11h05  Discussion et pause

 

Séance 2 – Production : les personnages en action (présidée par Agathe Novak-Lechevalier)

11h25 Boris Lyon-Caen (Université Paris-Sorbonne) : « La lutte des places. Balzac et les personnages secondaires »
11h50 Éric Bordas (École Normale Supérieure de Lyon) : « Quand les personnages subsument la production du récit : Les Petits Bourgeois, une hypostase du romanesque »
12h15 Discussion

 

12h30 – Pause déjeuner

Séance 3 – Action : les effets des personnages (présidée par Éric Bordas)

14h00 Thomas Conrad (École Normale Supérieure Ulm) : « Les fluctuations des émotions »
14h25 Christelle Girard (Université Paris Diderot) : « S’émanciper avec le personnage inventif ? »
14h50 Discussion et Pause

Séance 4 – Réception : l’appropriation des personnages (présidée par Chantal Massol)

15h20 José-Luis Diaz (Université Paris Diderot) : « “Ses personnages vivent” »
15h45 Bénédicte Shawky-Milcent (Lycée Pierre d’Ailly, Compiègne), « Souvenirs de personnages balzaciens dans des mémoires adolescentes : l’exemple du Père Goriot »
16h10 Christelle Couleau (Université Paris XIII), Oriane Deseilligny (IUT de Villetaneuse, Université Paris XIII), « Personnages prêt(s)-à-porter ? De la littérature au vêtement »
16h35 Discussion

17h00 – Réunion du GIRB et apéritif de clôture

Colloque «Histoire des études universitaires dix-neuviémistes I»

HISTOIRE DES ÉTUDES UNIVERSITAIRES DIX-NEUVIÉMISTES I

Mercredi 8 & jeudi 9 juin 2016

Cliquer pour télécharger le programme
Cliquer pour télécharger le programme

Mercredi 8 juin

Centre de ressources Jacques-Seebacher

I. L’Évolution des études balzaciennes

Président de séance : Jacques-David Ebguy (Université Paris Diderot)

10h-10h30 – Joëlle Gleize (Université d’Aix-Marseille) : « Quand Balzac entrait dans la modernité (autour de quelques points conflictuels) » (texte intégral)

10h30-11h – Laélia Véron (ENS de Lyon) & Alix Bouffard (Université de Strasbourg) : « De Marx à Balzac. Fondement d’une lecture marxiste de la Comédie humaine par Lukacs » (texte intégral)

11h-11h30 – Boris Lyon-Caen (Université Paris-Sorbonne) : « Balzac philosophe ? Petite histoire d’une consécration théorique » (résumé)

11h30-12h – Franc Schuerewegen (Université de Nimègue) : « De la lecture contrauctoriale, hier et aujourd’hui »

12h-14h – Discussion & pause

II. Penseurs et historiens

Présidente de séance : Paule Petitier (Université Paris Diderot)

14h-14h30 – Laurence Guellec (Université Paris V) : « Tocqueville et l’histoire conceptuelle : penser la Révolution »

14h30-15h – Sophie Guermès (Université de Bretagne occidentale, Brest) : « Révolutions de Quinet » (texte intégral)

15h-15h30 – Aude Déruelle (Université d’Orléans) : « Augustin Thierry : bilan critique »

15h30-16h – Camille Creyghton (Université d’Amsterdam) : « Les études michelétistes, entre historiens et littéraires » (résumé)

16h-16h30 – Discussion & 16h30-17h – Pause

III. Le Théâtre du xixe siècle : renouveaux historiographiques

16h30-18h

Table ronde modérée par Sylvain Ledda (Université de Rouen) et Sophie Lucet (Université Paris Diderot)

Avec la participation d’Olivier Bara (Université Lyon 2), Isabelle Moindrot (Université Paris 8), Florence Naugrette (Université Paris-Sorbonne), Romain Piana (Université Paris 3), Jean-Claude Yon (Université de Versailles Saint-Quentin).


Jeudi 9 juin

Centre de ressources Jacques-Seebacher

I. Éclairages changeants : Verlaine, Rimbaud, Mallarmé

Présidente de séance : Elina Absalyamova (Université Paris XIII)

10h-10h30 – Olivier Bivort (Université de Venise) : « Des goûts et des couleurs : le bon et le mauvais Verlaine »

10h30-11h – Denis Saint-Amand (Université de Liège) : « Les poètes du réel » (texte intégral)

11h-11h30 – Pascal Durand (Université de Liège) : « Mallarmé : le retour des choses »

11h30-12h – Mathilde Labbé (Université Paris-Sorbonne) : « De la condamnation à la canonisation : répertoires baudelairiens et institutionnalisation de l’œuvre »

12h-14h  –  Discussion & pause

II. Institutions universitaires

Président de séance : Denis Pernot (Université Paris XIII)

14h-14h30 – Pierre Citti (Université Montpellier III) : « Équipe d’accueil amical et revue hospitalière : Littérature et Nation » (texte intégral)

15h-15h30 – Laure Godineau (Université Paris XIII) : « Regards sur l’évolution de la “Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du xixe siècle” »

15h-15h30  –  Discussion & pause

III. Francophonies du nord

Président de séance : Pascal Durand (Université de Liège)

15h30-16h – Micheline Cambron (Université de Montréal) : « Les études dix-neuviémistes au Québec. Pour une histoire des pratiques » (texte intégral)

16h-16h30 – Paul Aron & Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) : « Les études dix-neuviémistes en Belgique »